À la maison ; un voile sur l’extérieur. Lorsque j’ai emménagé ici, il y a maintenant deux ans, je n’imaginais pas que je passerais autant de temps de ma vie à l’intérieur d’un même appartement. Depuis mars 2020, j’y ai passé les confinements, couvre-feux et restrictions successifs. Une vue que j’ai souvent observée, avec la tour dans mon champ de vision, un peu plus loin que les autres immeubles, à défaut d’autres paysages plus lointains, ceux que j’avais visités les années précédentes. J’avais comme perdu la photographie en 2020, ou la photographie m’avait perdu : je n’y arrivais simplement plus. Cela revient maintenant peu à peu, au travers d’images plus internes, d’où la direction que j’ai donnée au travers des dernières photographies que j’ai publiées. Un besoin de revisiter l’interne, depuis la rivière Armançon et les vieux vergers en Bourgogne, et tous les souvenirs d’enfance que j’y ai associés, jusqu’à ces dernières images que j’ai réalisées, depuis chez moi. Avec, pour le moment, un léger voile sur l’extérieur.